Bio

Yu Jen-chihYU JEN-CHIH
ARTISTE PEINTRE & CRITIQUE D’ART

Artiste peintre et critique d’art, né le 8 mars 1977 à Taipei, Taiwan, dans une famille intellectuelle chinoise émigrée en 1949. Yu Jen-chih étudie d’abord les Beaux arts à l’université de Tunghai à Taichung (Taiwan) de 1995 à 1999, puis il fait un DEA en histoire et sociologie du cinéma à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Initié dès son plus jeune âge par les artistes contemporains taïwanais Chu Ko, Liu Kuo-sung, Lee Sh-chi, Chiang Hsun et Hsi Song, Yu Jen-chih expérimente des techniques variées de gravure et de peinture et participe ainsi à deux expositions solos avec succès (1994, 1997) dans sa ville natale.

De 2008 à 2014, Yu Jen-chih prend part à plusieurs expositions de groupes à l’Alliance française à Bahrain, en Colombie (Bogota), en Ukraine (Musée Municipal de Dnepropetrovsk), ainsi que dans des galeries et espaces culturels en France (Paris, Dinard, Brest, Quimper), en Italie (Avellino) et en Argentine (Museo de Arte Contemporáneo Latinoamericano-MACLA, La Plata) .

En avril 2010, il participe à une grande exposition avec Masha S., artiste peintre russe, à « Georgian National Music Center » (Tbilisi). En 2012, à Paris, il est dans l’exposition de groupe «Donner du temps au temps» à l’Espace des Blanc-Manteaux. De janvier à mars 2014, Yu Jen-chih a présenté ses oeuvres dans une exposition solo à Genève chez RED ZONE ARTS qui le représente en Suisse.

Au printemps 2013, avec Michel Bohbot, poète, critique et historien d’art français, Yu Jen-chih a réalisé un livre de bibliophile avec cinq gravures et haïku, Ce qui me fait signe, dans une édition limitée, puis Hydrangea Macrophylla, Je parle…. et Milarépa en 2016. De mai 2013 à avril 2014, INK Literary Monthly de Taiwan, présente chaque mois une de ses gravures, accompagnée d’un texte.

Yu Jen-chih est aussi écrivain et critique d’art et a travaillé pour plusieurs revues et journaux en France (L’Atelier du Roman, Théorème), en Chine (Panorama Monthly, Eastern China Daily), à Hong Kong (Ming Po Monthly, Apple Times) et à Taïwan (INK Literary Monthly, China Times, Liberty Times, Music and Audiophile,Unitas Literature). Il a réalisé des dossiers littéraires en collaboration directe avec Milan Kundera et Carlos Fuentes. Depuis 2011, il assiste Fernando Arrabal dans ses publications en chinois.

En mai 2011, INK Literary Monthly a regroupé sa colonne mensuelle (2007-2008), une série de 20 écrits sur l’art, en un ouvrage: Intérieur/Extérieur ; natures mortes et paysages (INK), réédité en novembre 2013 pour la Chine par New Star Press.

Yu Jen-chih vit et travaille à Paris depuis 1999.